Neurostimulation Electrique Transcutanée TENS

appareil electrostimulation TENS
Appareil antalgique Electrostimulant

Neurostimulation Electrique Transcutanée TENS, méthode indolore et non invasive pour traiter la douleur

A l’ère où l’humain prend conscience de l’importance et des bienfaits des méthodes douces en matière médicale et para-médicale, il est essentiel de s’intéresser plus avant à la Neurostimulation Electrique Transcutanée et d’envisager la technique comme traitement efficace de la douleur.

 

Si le principe de fonctionnement du TENS est ancestral, l’essor de la technique est relativement récent, et en plein expansion.

 

Bénéfices, technique, résultats et consignes d’utilisation, découvrez tout ce que vous devez savoir sur la Neurostimulation Electrique Transcutanée de type TENS anti-douleur.

 

 

Le TENS de l’Antiquité à nos jours, retour sur les origines d’une technique thérapeutique ancestrale

A l’image de la médecine traditionnelle chinoise, les premières manifestations de l’utilisation de la neurostimulation électrique transcutanée comme technique de soin apparaissent très tôt.

 

Dès 2.500 avant Jésus-Christ, les Egyptiens se servent en effet de l’électricité à des fins thérapeutiques : des gravures de l’époque illustrent l’usage des poissons-chats électriques dans le soulagement de la douleur.

Un peu plus tard, sous l’Empire romain, ce sont les décharges des raies électriques qui sont utilisées à des fins similaires, et notamment pour lutter contre la migraine.

 

Si aucune étude ni aucune thèse – aucun document qui serait parvenu jusqu’à nous, du moins – ne vient alors prouver l’efficacité de la méthode, il n’en reste pas moins que le principe de fonctionnement du TENS est pressenti très tôt et ses effets connus depuis toujours.

 

C’est seulement vers la fin du XVIIIème siècle – siècle des Lumières en Europe – que les premières documentations de poids paraissent à propos de la méthode et que la neurostimulation électrique transcutanée provoque un regain d’intérêt dans la plupart des pays européens.

En Angleterre notamment, l’électricité à visée antalgique est de plus en plus utilisée.

 

En France, le neurologue Duchenne de Boulogne développe de nombreuses applications thérapeutiques du courant électrique, et améliore avec grand succès les conditions de confort dans lesquelles user des neurostimulations électriques transcutanées.

 

L’apport théorique n’est pas moindre du côté du Canada : deux chercheurs émettent la première hypothèse quant au mode de fonctionnement de la technique, lui offrant ainsi toute sa crédibilité.

La méthode TENS est connue sous ce nom depuis les années 70.

 

Si la méthode TENS est en perpétuelle évolution, le principe de base demeure inchangé : la neurostimulation électrique transcutanée soulage la douleur grâce à des stimulations électriques de faible tension transmises via des électrodes placées en surface de la peau et dirigées vers les nerfs.

 

Tens placement electrode
Placement des électrodes

 

 

La Neurostimulation Electrique Transcutanée comme technique de traitement de la douleur

L’acronyme TENS – pour l’expression anglo-saxonne « Transcutaneous Electrical Nerve Stimulation » – est l’abréviation pour Neurostimulation Electrique Transcutanée.

Comme son nom l’indique, la méthode consiste à stimuler les nerfs au moyen de courants électriques traversant la peau.

 

Cette faible stimulation nerveuse électrique permet de combattre la douleur.

Très concrètement et de manière schématique : un appareil adapté génère du courant au travers d’électrodes positionnées au contact de la peau, au niveau de la zone douloureuse ; le courant traverse la peau pour atteindre les nerfs ; la douleur diminue ou disparaît.

 

Au-delà de son efficacité, le principal avantage du TENS est qu’il constitue une méthode thérapeutique douce : indolore, non invasive et sans effets secondaires, elle représente une alternative précieuse à la médication et aux opérations chirurgicales.

 

C’est sans doute pour cette raison que la technologie TENS est de plus en plus plébiscitée, partout dans le monde.

De l’Amérique du Nord jusqu’en Europe, de nombreux hôpitaux et cliniques utilisent la neurostimulation électrique transcutanée à titre de traitement principal ou complémentaire contre la douleur.

 

Et les résultats sont tels que des neurostimulateurs portatifs sont développés pour un usage à domicile directement par les particuliers, ils se trouvent désormais aisément dans le commerce.

Preuve supplémentaire de l’efficacité et de la sûreté de la méthode, elle est remboursée par la Sécurité Sociale en France depuis les années 2000.

 

 

Le champ d’application illimité des neurostimulations électriques transcutanées à visée antalgique

Méthode non effractive et sans effets secondaires néfastes, le TENS peut potentiellement s’appliquer sur toutes sortes de douleurs.

La technologie désormais facilement accessible à tous est révolutionnaire : elle offre à ses utilisateurs un confort maximal en toute simplicité, au quotidien et à moindres frais.

 

Dès lors, certaines tâches ou activités autrefois trop douloureuses à réaliser deviennent envisageables, le TENS soulage non seulement au repos mais aussi lorsque l’utilisateur est en mouvement.

Appréciée tant par les professionnels de la santé que par les particuliers en quête d’une solution anti-douleur efficace, le TENS traite – ou du moins atténue – la plupart des douleurs, de quelque type que ce soit : aigüe ou chronique, articulaire ou osseuse, diffuse ou ciblée, etc.

 

La technique thérapeutique est entre autres utile sur les maux de dos, l’arthrose, les névralgies, les douleurs musculaires, les jambes lourdes, les douleurs post-opératoires et post-traumatiques, les tendinites, le zona, les rhumatismes, les douleurs menstruelles, l’hémiplégie, les douleurs liées à l’accouchement.

Et cette liste est loin d’être exhaustive.

 

Appareil neurostimulation
Electrostimulateur TENS

 

 

L’efficacité incontestable de la méthode TENS anti-douleur

La Neurostimulation Electrique Transcutanée est utilisée depuis des siècles, sur un très large éventail de douleurs. Les résultats sont éloquents, bien que les preuves scientifiques de l’efficacité de la méthode manquent cruellement.

 

L’explication quant à cette lacune est relativement simple. La question à se poser pour déterminer l’efficacité du TENS anti-douleur est la suivante : la méthode provoque-t-elle un effet placebo ou son efficacité est-elle scientifiquement fondée ?

Toute la difficulté consiste alors à tester le caractère placebo ou non des neurostimulations électriques transcutanées.

 

Tout d’abord parce que l’effet placebo joue nécessairement un rôle primordial dans le traitement de la douleur en règle générale, ensuite parce qu’il paraît difficilement envisageable de générer de « fausses » stimulations électriques…

Placebo ou non, une chose est sûre : la méthode ne présente aucun risque et ne souffre que de très peu de contre-indications. les résultats qu’il assure sont en outre éloquents et sa popularité en témoigne.

 

 

Mécanismes d’action des neurostimulations électriques transcutanées

Pour bien comprendre le mode de fonctionnement de la méthode TENS, il est important de commencer par bien connaître le cheminement de la douleur.

 

De manière très schématique : la douleur est une sensation subjective désagréable, qui s’exprime seulement une fois que le message est transmis au cerveau par le biais du système nerveux.

La méthode TENS anti-douleur s’intéresse au cheminement de ce message, et vise à bloquer son trajet jusqu’au cerveau afin que l’individu ne ressente pas la douleur.

 

Si l’efficacité – et donc le mode de fonctionnement – de la méthode TENS n’est à ce jour pas encore prouvée scientifiquement, deux théories sont néanmoins avancées à l’appui des résultats observés.

 

  • La théorie des analgésiques endogènes : ce terme nébuleux renvoie aux hormones anti-douleur produites par l’organisme de manière naturelle. Il s’agit notamment des endorphines – également connues sous la dénomination « hormones du bonheur» – des enképhalines et des dynorphines. Ces différentes substances 100% naturelles jouent un rôle comparable à la morphine, c’est-à-dire qu’elles bloquent le cheminement du message de la douleur, qui ne s’exprime donc plus ou dans des proportions bien moindres. Selon la théorie des analgésiques endogènes, les neurostimulations électriques transcutanées permettraient de stimuler la production des hormones anti-douleur. Et plus le corps produit d’hormones anti-douleur, mieux le message de la douleur est intercepté, l’utilisateur gagne en bien-ê

 

  • La théorie du portillon : cette théorie se base sur le même principe, mais sur un mode fonctionnement plus direct. Ce serait les stimulations électriques impulsées aux nerfs qui bloqueraient elles-mêmes le passage du message douloureux. Le courant généré fermerait un portillon virtuel entre les neurotransmetteurs et les récepteurs de l’organisme : le message de la douleur serait ainsi totalement bloqué.

 

 

Une théorie plus rare avance que le message douloureux serait remplacé par un message de fourmillement plus fort, qui masquerait ainsi la douleur.

Les impulsions électriques seraient en effet transmises via des fibres nerveuses plus rapides que celles acheminant la douleur. Le message perçu par le cerveau en premier est alors celui des fourmillements délivré par le TENS, masquant ainsi la douleur.

 

Le mécanisme d’action des neurostimulations électriques transcutanées pourrait se baser sur l’une ou l’autre théorie, ou sur la combinaison de plusieurs d’entre elles. Quoi qu’il en soit une chose est sûre : les résultats sont probants.

 

Et outre l’efficacité immédiate de la méthode, ces résultats montrent que les traitements TENS sont très souvent efficaces sur le long terme.

L’explication est simple : lorsque les neurostimulations électriques sont régulièrement appliquées au cours de la même activité source de douleur, le cerveau intègre peu à peu que l’activité en question n’est en réalité pas douloureuse et il l’associe alors à la « non-douleur ».

 

Il s’agit tout simplement d’un reconditionnement, qui contribue au bien-être au quotidien et sur le long terme.

 

Stimulation lombaire
Douleur lombaire Stimulation electrique

 

 

TENS mode d’emploi

Les neurostimulations électriques sont transmises par le biais d’un appareil appelé électrostimulateur.

 

Cet appareil d’électrostimulation – stimulateur musculaire polyvalent ou électrostimulateur spécifique TENS – revêt l’aspect d’un boîtier de commande, auquel sont reliées des électrodes à appliquer sur la peau, au niveau des zones douloureuses.

 

 

Pour bien utiliser votre électrostimulateur TENS :

  1. Vérifier que l’appareil n’est pas sous tension, puis effectuer les branchements : brancher les câbles aux canaux de l’appareil d’électrostimulation d’une part, aux électrodes d’autre part.
  1. Appliquer les électrodes sur la peau : les électrodes se positionnent soit précisément sur le point douloureux, soit sur le trajet nerveux de la douleur.
  1. Mettre l’appareil d’électrostimulation sous tension.
  1. Sélectionner le programme adapté et régler les différents paramètres, l’intensité Pour cela, il est important de se référer non seulement au manuel d’utilisation, mais aussi aux recommandations du médecin le cas échéant.

 

L’utilisateur peut tester plusieurs positionnements des électrodes et régler progressivement l’intensité : ces ajustements s’effectuent en fonction de la forme de la douleur, du type de programme utilisé et des paramètres enregistrés.

 

L’objectif de toute séance d’électrostimulation TENS consiste à obtenir le meilleur rapport soulagement de la douleur/confort de la stimulation.

Mieux l’équilibre est respecté, plus le traitement est efficace.

 

Pour des résultats optimaux, il est conseillé de pratiquer de 30 à 60 minutes par séance, 5 à 6 fois par jour dès que la douleur s’exprime.

 

 

Pour optimiser la longévité de votre appareil d’électrostimulation TENS :

  • Choisir un électrostimulateur de qualité ! Pour cela, l’acheteur peut se référer à l’avis de son thé Quoi qu’il en soit, il est important de s’intéresser aux caractéristiques suivantes : qualité du service après vente, durée de la garantie, nombre de programmes et de niveaux d’intensité. L’acheteur peut également prendre en compte des critères plus accessoires tels que le poids de l’appareil d’électrostimulation ou le mode d’alimentation.
  • Bien entretenir son appareil d’électrothérapie : le nettoyer régulièrement à l’aide de produits adaptés et après avoir pris soin de retirer la pile ou la batterie.

 

A l’inverse de l’appareil d’électrostimulation, les électrodes ont nécessairement une durée de vie limitée.

Afin de l’optimiser, plusieurs conseils : les appliquer sur une peau nettoyée, épilée et sèche et les conserver au frais.

 

Attention, des électrodes usagées n’assurent plus correctement la conduction des courants électriques et rendent ainsi les séances d’électrothérapie inefficaces.

Pour des résultats optimaux, il est donc important de veiller à renouveler les électrodes dès que nécessaire.

 

 

Contre-indications et consignes de sécurité :

L’usage de l’électrothérapie est formellement déconseillé aux femmes enceintes, aux personnes épileptiques et aux porteurs d’un pacemaker, sauf avis favorable d’un médecin.

En tout état de cause, les électrodes ne peuvent être placées sur le coeur, sur la tête et sur le cou.

 

 

Au quotidien :

  • Il est formellement interdit de pratiquer l’électrothérapie dans un environnement humide et notamment dans un bain ou sous une douche.
  • L’appareil d’électrothérapie peut être utilisé en toutes circonstances, sauf en cas d’activité nécessitant une concentration accrue : la conduite notamment.
  • Bon à savoir, l’électrostimulateur peut déclencher les alarmes postées aux entrées et sorties de certains magasins ! Attention également à ne pas utiliser l’appareil à proximité d’appareils générant des ondes, tel que le micro-ondes…

 

A la moindre hésitation, il est essentiel de se reporter au manuel d’utilisation de l’appareil d’électrothérapie ou à l’avis d’un médecin.

Les commentaires sont fermés